top of page
Rechercher

les dérives de la spiritualité new-age

Titre alternatif : De la secte, à la suprématie en passant par le matérialisme


Je vous en avais parlé dans une lettre Bonjour Nuage. Je ne sais plus trop quand, on se parle tellement que les jours se croisent. Tu as cette impression aussi ?


En tout cas, j’ai commencé à m’intéresser à la spiritualité new-age récemment, via les posts d’Elli sur Instagram, et ma lecture Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même notamment. D’ailleurs, j’ai fait un retour de lecture complet de ce livre en vidéo. Disponible dans les Archives du Nuage (le Patreon). Vu que j’ai un support et des exemples précis, j’y décortique en détails les discours de spiritualité new-age teintés de développement personnel.


Mais, qu’est-ce que la spiritualité new-age ?

C’est un mouvement qui est né dans les années 70. On a directement en tête les hippies, les communions avec la nature et les drogues n’est-ce pas ?

En vérité, les trois piliers de la mouvance new-age sont : l’amour, la lumière (illumination, éveil) et la guérison.

Voici ce que l’on trouve sur Wikipédia.


Après la lettre Bonjour Nuage sur le sujet, l’un.e d’entre vous m’a envoyé cela en réponse :



Parlons-en et développons donc sur le sujet : les dérives de la spiritualité new-age.


Dérives sectaires, conspirationnisme et pseudo-médecine

Les discours alarmistes sur le poison présent dans la société et ses produits sont omniprésents.

Le fluor des dentifrices bloque le cerveau dans son éveil, les pesticides nous tuent, le gouvernement nous ment, les médias aussi, les médicaments sont toxiques - voire dans certains cas sont la cause de l’autisme chez les enfants, mais là on arrive sur de l’eugénisme et du validisme - etc.

À la place, beaucoup d’adeptes de la spiritualité new-age, préfèrent se tourner vers les produits naturels. Les plantes soigneraient tout.

Je ne suis pas là pour affirmer que tout cela est faux, et que l’on devrait aveuglément se fier aux industries, aux gouvernements et autres, mais simplement qu’il s’agit de mesurer et trouver un équilibre. Que tout peut être complémentaire.

Miser sur la peur et la promesse d’une vie plus saine est malhonnête. Cela capitalise sur les angoisses de personnes déjà vulnérables.

Je pense par exemple aux gens affirmant que l’on peut soigner un cancer en mangeant certains aliments, tantôt les fruits, tantôt les légumes, tantôt que des liquides. Les mêmes types de discours sont appliqués pour soigner les dépressions, les troubles psys ou du neuro-développement.

“Tu as déjà essayé de méditer et couper les écrans ? Tu verras, tes phases “maniaco-dépressives” seront bien moins intenses.”

Dans ces communautés, le contrôle de l’alimentation sert également à rendre les adeptes encore plus vulnérables. En effet, la faim et la soif freinent nos capacités à réfléchir de façon rationnelle, on se laisse alors embrigader plus vite. Des troubles du comportement alimentaire (TCA) peuvent également se développer, nous rendant encore plus vulnérables.


La plupart des gourous new-age utilisent de termes scientifiques pour légitimiser leur discours : physique quantique et vibrations, médecine, fréquences cérébrales.

Le juridique est aussi présent avec “la loi de l’attraction” présentée comme une loi indéfectible de la nature, au même titre que la gravité. C’est de la malhonnêteté intellectuelle. Les approximations entretiennent un flou autour de concepts que le commun des mortels ne connait pas déjà bien s’il ne les a pas étudiés de près. De les détourner à son avantage.

Genre, qui comprend réellement la physique quantique à part une poignée de personnes ici ?

Néanmoins, je me rends compte que ce schéma d’action, cette façon de faire : piocher des choses à droite à gauche et les vider de leur sens pour les remodeler à son avantage, est ce qui caractérise la mouvance new-age. C’est ainsi que ce courant spirituel s’est construit.

La new-age est une joyeuse tambouille de plusieurs spiritualités autochtones et pré-coloniales, savamment white-washées (à la sauce occidentale).


Racisme et point de vue décolonial

Loi de l’attraction, manifestation, holicisme, méditation, yoga, vibration, intuition, cristaux, réincarnation, énergies, astrologie etc.

Tous sont des emprunts à des spiritualités en-dehors de l’Amérique blanche. Animisme et Afrique de l’Ouest, pays Dogon, Inde, Chine, peuples natifs d’Amérique, et même, dans certains cas, quelques emprunts à la sorcellerie européenne.

Quel toupet lorsque l’on sait que ces peuples ont été réprimés et tués pour leurs pratiques spirituelles et culturelles moins de cinquante ans en arrière, et le sont toujours aujourd’hui.

La spiritualité new-age invisibilise ces peuples, leurs pratiques d’origines, et refuse de leur faire une place pour qu’iels puissent exprimer leur vérité et leur histoire.


La réincarnation d’âme et le victim-blaming

En plus de refuser de laisser la place aux personnes marginalisées et aux victimes, le mouvement new-age les enfonce encore plus.

J’en parle dans l’analyse des 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, mais en gros, on observe la rhétorique suivante :

“si il t’arrive des mauvaises choses, c’est que c’est ce dont tu avais besoin à ce moment-là pour grandir, et c’est ce que ton âme recherchait”, “c’est ce pour quoi ton âme a signé en se réincarnant dans l’existence qui est la tienne aujourd’hui”.

Et iels appliquent cela à tout : les violences familiales, les agressions sexuelles, les viols, les relations toxiques, les maladies, les pertes d’un être cher, etc. Même pour les violences systémiques par exemple pour l’esclavage des noir.es, l’holocauste ou les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle, la race, le genre, la corpulence - beaucoup de grossophobie dans leurs propos -, etc.



En lien avec cela, il y a le phénomène de positivité toxique, que tu connais certainement déjà donc je ne vais pas m’éterniser, mais aussi ce que l’on appelle le “spiritual bypassing”. En français, “l’évitement par la spiritualité”. Il s’agit de la tendance à éviter de discuter les discussions complexes autour de la société ou de la psychologie, en utilisant la spiritualité à la place. Donc plutôt que de discuter de patriarcat et de racisme, on va par exemple évoquer la paix de l’âme et affirmer qu’il suffit d’élever sa vibration personnelle pour ne plus “attirer” de discriminations ou de violences.


Industrie 2.0 et matérialisme

Aujourd’hui, de nombreuxses influenceureuses parlent de spiritualité sur les réseaux sociaux. Récemment, on a eu le “lucky girl syndrome” qui est, très basiquement, la loi de l’attraction remasterisée version TikTok.

L’objectif reste le même : se connecter à la terre. Néanmoins, on le fait en la détériorant encore plus via la sur-consommation.

décoration d’appartement, bijoux, cristaux, pierres semi-précieuses qui sont extraites par des enfants dans des conditions déplorables

La spiritualité devient une esthétique. On parle d’échapper à la matrice et réparer sa santé mentale, dans un appartement rempli d’objets évoquant le mysticisme, et tout en glissant un sponsor autour des huiles essentielles ou du micro-dosage de champignons hallucinogènes.

Le palo santo est un arbre en danger maintenant, car tout le monde en achète pour purifier sa maison. Pourtant, personne n’en parle. Et je ne dis pas qu’utiliser du palo santo est mal, mais simplement, que c’est tout de même étrange de promouvoir un retour à l’harmonie avec la nature, tout en la sur-exploitant.

Parenthèse sur les psychédéliques. Que ce soit pour un trip ou en micro-dosage, il faut faire attention. Pourtant, lorsque beaucoup en parlent, rien n’est évoqué sur leurs potentiels dangers et contre-indications potentielles (sur les ados, risques d’addiction, personnes malades physiquement ou mentalement). Il est important d’en consommer dans un cadre bien défini et sécurisé. Ce ne sont pas des bonbons.

Tout cela est parfois fait avec de bonnes intentions, - en tout cas je l’espère -, mais cela a rapidement des répercussions négatives.

Et, bien sûr, la spiritualité new-age, étant vidée de son essence, n’échappe donc pas au capitalisme. Il y a un certain productivisme quant à l’idée de “devenir le meilleur de nous-mêmes” et travailler sur soi en permanence. L’idéologie capitaliste de s’élever sur les autres infuse doucement dans cette mouvance spirituelle. Certains parlent d’ego et de narcissisme à ce niveau-là. Je ne vais pas me prononcer, mais on peut dire qu’il y a un certain complexe de supériorité spirituel qui se met en place. En effet, de plus en plus pensent être tellement éveillés spirituellement et au-dessus du système, qu’iels sont convaincu.es que les personnes “lambda” ne peuvent rien leur apporter.

On ne se remet pas en question et on finit par ne plus toucher terre. Littéralement.


Cela présente ensuite des glissements et rapprochements avec les mouvements suprématistes d’extrême-droite. Après tout, iels se rejoignent sur certaines théories conspirationnistes, le rejet des vaccins, la pensée coloniale, et, de façon générale, leur conviction d’être supérieur.es et de détenir la vérité.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page