9 questions avec Heide Baumann d'Aatise

Mis à jour : juil. 19


Aatise est une marque éco-responsable proposant un vestiaire au complet : pantalons, hauts, vestes, accessoires.

Créé par Heide Baumann et Julia Schena en Mai 2017, Aatise propose une mode éco-responsable, Made in France, tant pour les hommes que pour les femmes.


Heide et Julia voulaient proposer une nouvelle vision de la mode : engagée, mais sans pour autant faire le compromis du style et de l'esthétique. Il est également possible de personnaliser ses vêtements en changeant le col, les manches ou encore la coupe de chaque pièce.

Tout pour pouvoir proposer des vêtements qui plairont à toutes et tous, et faits pour durer, dans nos dressings, mais aussi dans nos coeurs !


1. Quelles sont les valeurs de ta marque et depuis combien de temps existe-t-elle ?

Aatise existe depuis 2017. Nos valeurs sont partage, bienveillance écoute et transparence.

J’ajouterai l’écoresponsabilité comme Valeur forte qui nous guide.

2. Que faisais-tu dans la vie avant de te lancer ? Quel a été ton parcours ?

A l’origine du projet Aatise, je suis ingénieure textile de formation, et travaille depuis plus de 25 ans dans l’univers de la mode. C’est en prenant conscience des travers de cette dernière que j’ai décidé de tout quitter pour proposer et partager des créations qui correspondent à mes valeurs. J’aime plus que tout le challenge que cela représente.

3. As-tu eu une prise de conscience qui t’a poussé à te lancer dans la mode écoresponsable et végane ?

Pour la mode écoresponsable le déclic a été le jour ou dans l’entreprise ou j’ai travaillé 80000 pièces ont été retirées avant la commercialisation, par ce que le style ne plaisait plus à la direction. Les pièces ont après intégré des circuits de Ventes privées et 80 000 pièces ont été ré-fabriquées et importées par avion. Quel gâchis !

Pour la mode végane la conscience est progressive et dans une démarche écoresponsable globale. Pour une réduction d’impact et pour une désindustrialisation de l’élevage nous n’utiliserons par exemple pas de peaux ou fourrures, les maltraitances des animaux sont trop nombreuses. Par contre nous pourrions utiliser de la ‘happy soie’ pour lequel le ver de soie n’est pas tué. Ou de la laine mérinos fabriqué en France.

4. Peux-tu en dire plus sur le concept Aatise de « mode personnalisable » et pourquoi avoir choisi de le mettre en avant ? L’intégralité de la chaîne de production est-elle localisée en France (tissus compris) ?

Nous avons choisi de mettre la fabrication à la demande en avant dans une démarche écologique et zéro déchet. Nous ne produisons qu’une fois la commande passée. Ce système permet de ne pas faire de stocks et donc pas de production inutile.

Pour un but de dé-consommation, et de meilleure consommation, chaque vêtement que nous produisons doit durer dans le temps. Quoi de mieux que de le confectionner parfaitement à son gout pour le garder le plus longtemps possible ?!

La totalité est fabriqué en France, et une partie des matières aussi (le lin par exemple). Pour les matières Lyocell et Coton recyclé de nos pantalons, ou l’Ecovero pour nos pièces fabriquées à la demande la matière est Européenne, car il n’existe pas de fabricant de fil en France qui propose ce genre de matière écoresponsable. Nous avons quand même le droit d’apposer le ‘Made in France’, car le coût des matières ne pèse pas lourd dans la composition du prix total de la pièce.

5. Quelle est ta pièce préférée de toutes les collections de la marque ?

Je peux difficilement faire de choix, car toutes les pièces sont pensées avec amour ! Mais je pense que toutes les robes portefeuilles sont le reflet de la marque et l’image que nous avons voulu donner, car elles sont éco-conçues. Nous n’utilisons pas de thermocollant pour la fabrication, la couture est faite avec du fil de coton et il n’y a pas d’accessoires sur la robe. Ainsi la pièce est entièrement compostable en fin de vie (à part l’étiquette de marque qui est en polyester recyclé)

S’habiller écoresponsable ne veut pas dire mettre les envies tendance de côté !

6. Que penses-tu de la mode dans le système actuel ? Comment la changer : par une révolution ou petit à petit ?

Qui aurait pensé qu’on pouvait arrêter tous les systèmes économiques du monde à cause d’un virus ?

Je pense qu’un changement à la hauteur du défi écologique sera malheureusement nécessaire un moment donné, et qu’il devrait être impulsé par des restrictions ou des lois.

On sait maintenant que cela est possible mais qu’il faudrait une forte volonté politique pour cela. Je n’emploierai pas le mot révolution car les révolutions sont toujours accompagnées par des pertes humaines.

Les modes de consommation changent certes pas à pas mais trop lentement quand même par rapport au défi qui nous attend.

Cependant il est important de montrer le chemin pour que tous les consommateurs puissent prendre conscience de la réalité de l’industrie (textile) d’aujourd’hui.

Victoire après victoire nous y parviendrons en attendant à changer les habitudes durablement !

Une petite histoire : Aatise viens d’un mot qui veut dire défi, je l’ai trouvé dans un ancien dictionnaire du Moyen âge. Dans ce même dictionnaire il y avait un verbe : moder. A l’époque moder voulait dire sortir. On s’habille bien pour sortir. De là nous avons inventé la « Mode ». Être à la mode veut dire du coup être bien habillé pour sortir ! Il faudrait qu’on retrouve ce sens et non le sens d’aujourd’hui avec 12 Collections par an, des vêtements jetables, des soldes à gogo et des t-shirts à 5 Euros qui ne devrait pas exister.

7. Par quoi envisagez-vous de remplacer la viscose lorsque la marque aura plus de moyens ? Est-il possible de retrouver le même « toucher » avec un tissu moins polluant à produire ?

Le but étant d’être le plus écoresponsable possible, les envies d’évolution ne manquent donc pas ! Et c’est exactement dans cette démarche que dès que nous le pouvons, nous nous améliorons !

Nous avons récemment remplacé toutes nos viscoses « traditionnelles » par de l’EcoVero qui est une viscose plus écoresponsable. Elle génère 50% moins d’émissions et 50% moins de consommation d’eau et elle est fabriquée à partir de la pulpe de bois provenant de plantations contrôlées et certifiées par l’UE Eco Label. Elle nous garantit également la traçabilité du tissu, du fil jusqu’au produit final, ce qui nous permet d’en connaître exactement la provenance.

Mais nous suivons d’autres pistes bien sûre, surtout pour l’utilisation des matières recyclées.





8. A ton avis, est-il possible de qualifier d’« éthique » une marque de mode qui utiliserait de la laine, du cuir, de la soie … (non-végane quoi) ?

A mon avis tout dépends ou on place le curseur et c’est à d’autres d’en juger.

Nous nous qualifions d’ailleurs nous-même comme marque « écoresponsable » et nous faisons la distinction entre éthique et écoresponsable. Pour nous une marque éthique fait par exemple quand même fabriquer à l’étranger. Il y a beaucoup de contradictions auxquels nous sommes confrontés tous les jours.

Par exemple nous avons lancé au début de notre aventure des pulls en laine mérinos par ce que la fabrication est française avec une matière trouvée sur place. Donc dans une démarche purement écoresponsable.

Il existe aujourd’hui du mérinos recyclé que nous sommes en train d’étudier. En tout cas nous essayons de faire le mieux possible avec ce que nous avons disponible.



9. Chaque client(e) doit attendre entre 3 et 4 semaines avant de recevoir son vêtement. Au-delà des coûts de stocks économisés pour Aatise, penses-tu que cela permet de considérer son vêtement différemment ?

Bien sûr le délai de livraison permet une nouvelle approche face à la mode : moins d’achat compulsif, plus de consommation raisonnée.

L’attente pendant la période de fabrication mais aussi le fait de pouvoir composer sa robe avec la personnalisation fait que la personne s’approprie sa pièce, la désire.

Savoir que sans mon achat, il n’y a pas de production, permet d’avoir une vraie réflexion sur mon besoin ou pas.

Je m'appelle Emma, j'ai 23 ans.
Minimaliste, végane et féministe décoloniale.


Je parle de mode, un secteur qui rassemble de nombreux systèmes d'oppressions.

J'ai décidé de déconstruire ces structures et de créer la mienne.
J'ai décidé de quitter le salariat et vivre de ce qui me fait vibrer.

J'ai décidé d'oeuvrer pour une société plus éthique et d'y créer ma place.

ARTICLES POPULAIRES

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Noir Pinterest Icône
  • Noir Icône Instagram

©2018 - créé par EmmaAssitan avec Wix